Entrevues avec nos expertes du bien-être

Les dessous du pouce vert: échange entre Kimberly et Sarah

La première manquera bientôt de place chez elle pour contenir toutes ses plantes et construit actuellement sa première maison, qui elle, pourra accueillir plusieurs de ces espèces vertes et apaisantes. La seconde s’amuse à les photographier, à nous conseiller lorsque vient le temps d’en prendre soin et même, à faire les deux à l’intérieur d’une couverture rigide qui paraîtra bientôt. Échange entre Kimberly et Sarah.

Prendre soin de mes plantes me permet de m’évader mentalement et de faire pause sur tout le reste. Toi, tu en as fait ton métier. Qu’est-ce qui te plait le plus dans celui-ci, Sarah?

Comme toi, m’occuper de mes plantes, autant celles que j’ai à la maison que celles dont je m’occupe à l’atelier a quelque chose de très thérapeutique. Ce que j’aime le plus faire, c’est les rempoter: retirer ma plante du petit pot de plastique dans lequel elle vit quand je l’achète et me salir les mains pour lui trouver un pot qui la rend encore plus belle et surtout, qui lui permettra de mieux grandir. J’adore aussi bouturer les plantes: je trouve cela super satisfaisant de créer plein de plantes que tu peux offrir à ta famille et à tes amis à partir d’une plante que tu as chez toi.

 

Les plantes sont capables de rendre notre décor beaucoup plus attrayant, mais elles arrivent également à faire plusieurs autres choses. Qu’est-ce qu’avoir des plantes ou un jardin à la maison nous procure?

Évidemment, tout est une question de perspective. De mon côté, avoir des plantes à la maison ajoute de la vie à l’intérieur, me permet de m’évader et m’apporte beaucoup de réconfort. Quand on est en ville, créer une petite oasis de plantes nous permet de rester connectés avec la nature tout en nous permettant de nous évader du milieu urbain sans avoir à totalement le quitter. Certaines personnes vont d’ailleurs jusqu’à dire qu’avoir beaucoup de plantes à la maison filtre notre air, mais je pense qu’il en faut énormément pour se rendre là. Chose certaine, elles ne peuvent pas nuire!

 

Doit-on absolument avoir le pouce vert pour pouvoir bien s’occuper de ses plantes?

Pour moi, avoir le pouce vert, c’est tout simplement être bien informé sur l’entretien de nos plantes et déconstruire la pensée populaire selon laquelle une plante qui ne va pas bien est forcément en manque d’eau. Le plus important, c’est de bien connaître notre environnement et surtout, la lumière qu’on y retrouve. C’est ce qui explique qu’une plante qui vit bien dans un endroit peut être appelée à mourir quand on vient à déménager quelque part où la luminosité est complètement différente de celle qu’elle connaît. Il y a quand même plusieurs plantes qui s’adaptent à presque tous les types de luminosité, mais il faut les connaître. La sansevieria, qu’on appelle communément la langue de belle-mère, la zamioculcas, aussi appelée la ZZ plant et les pothos, qui sont de super belles plantes tombantes, en sont quelques exemples.

Parlant de luminosité: est-ce qu’on devrait sortir toutes nos plantes à l’extérieur si la température et l’endroit dans lequel on vit nous le permettent?

Comme la plupart des plantes proviennent de milieux tropicaux, elles peuvent presque toutes vivre à l’extérieur, tant qu’on les sort de manière graduelle pour ne pas brûler leurs feuilles. Le truc, c’est de les habituer graduellement à leur environnement plus ensoleillé pendant environ une semaine. C’est aussi la même chose à la fin de l’été quand vient le temps de les ramener à l’intérieur. Les plantes tropicales n’aiment pas être exposées à des températures plus basses que 12 degrés Celsius, il faut donc penser à les rentrer lors des nuits fraîches pour éviter qu’elles subissent un choc de température!

Et évidemment, comme la lumière extérieure est toujours beaucoup plus intense que celle qu’on retrouve à l’intérieur, les plantes, lorsque placées à l’extérieur, nécessitent plus d’eau que dans la maison ou l’appartement.

 

Et comment sait-on si notre plante a trop d’eau?

Il y a tellement de facteurs qui influencent le niveau d’eau dont notre plante a besoin qu’on ne peut pas simplement se faire un horaire pour savoir quand les arroser. Il faut vérifier en insérant notre doigt dans la terre de notre plante et attendre que celle-ci soit sèche pour éviter de faire pourrir les racines en ajoutant trop d’eau. Après cela, certaines plantes tropicales aiment baigner dans un milieu humide, alors il faut savoir reconnaître celles-ci.

Du côté des symptômes, les feuilles d’une plante qui a trop d’eau peuvent avoir des taches brunes, à ne pas confondre avec les bouts de feuilles bruns et secs. Aussi, lorsque les racines d’une plante sont molles et brunes, c’est probablement parce qu’elles ont pourri en raison d’un surplus d’eau.

 

On aime tellement les plantes qu’on a tendance à en avoir plusieurs dans un petit espace, mais lorsque de petits insectes décident de s’attaquer à l’une d’elles, comment est-ce qu’on peut éviter la propagation de ceux-ci?

Il n’y a pas de solution plus efficace que de nettoyer ses plantes sur une base régulière parce que les insectes se répandent rapidement. Lorsque ce n’est pas possible de leur donner une douche, nettoyer ses plantes avec un linge humide peut vraiment aider à freiner la propagation des insectes! Il existe aussi des insecticides naturels pour éloigner chaque type d’insecte. De mon côté, j’aime beaucoup vaporiser de l’huile de margousier, qu’on appelle aussi l’huile de Neem, mélangée avec de l’eau, un peu de savon doux et même de l’huile essentielle de clou de girofle sur toutes mes plantes tropicales.

Dans le fond, il faut non seulement s’intéresser aux types de plantes, mais aussi aux genres d’insectes pour aller chercher le bon ingrédient pour les éloigner.

Si Kimberly et Sarah s’intéressent au bien-être qu’apportent les plantes à notre mode de vie, elles sont toutes deux d’accord que ce n’est pas la seule façon de prendre soin de nous. Apprenez-en plus sur les différentes façons de contribuer à votre bien-être global en lisant nos prochains articles qui traiteront cette fois des 4 autres piliers du bien-être, soit la nutrition, l’esprit, le mouvement et la beauté.

Soif de

Découvrez le Défi Infusion

  • Des trucs rapides et concrets
  • Des entrevues avec nos experts du bien-être
  • Les défis de nos ambassadrices
  • En prime, un journal de bord pour t’accompagner dans ce défi bien-être!
Télécharge ton journal!